La thanatopraxie au service de la conservation du corps du défunt

Le terme thanatopraxie est apparu en France dans les années 1960, on parlait auparavant d’embaumement d’un corps. Il désigne l’ensemble des techniques modernes permettant de préserver les corps des défunts de la décomposition naturelle et de les présenter avec l’apparence de la vie pour les funérailles. Les soins de thanatopraxie ne sont pas obligatoires et peuvent même être interdits dans certaines causes de décès, notamment en période d’épidémie.


Les soins de préparation du corps d’un défunt

Il existe souvent une confusion entre les soins de présentation ou de préparation du corps et les soins de conservation ou thanatopraxie. Les premiers consistent en une toilette et des soins esthétiques de restauration alors que les seconds mettent en œuvre des injections pour freiner la décomposition, phénomène naturel aussi appelé thanatomorphose.
La thanatopraxie requiert la ponction des liquides physiologiques et l’injection d’une solution à base de formol. Elle ne peut se faire qu’avec l’autorisation des familles et de la mairie.


Dans quel cas recourir à la thanatopraxie ?

Si la famille prévoit de garder le corps du défunt à son domicile ou de le présenter à ses proches durant plusieurs jours, la pratique de soins de conservation est très conseillée. L’objectif est de rendre la dépouille présentable et de ralentir le processus de dégradation qui survient après le décès.
Dans le cas d’un rapatriement du corps à l’étranger, la thanatopraxie devient même obligatoire. En effet, certains pays, de même que certaines compagnies aériennes, imposent cette pratique.

Sauf contexte particulier, le choix des soins post-mortem appartient aux familles. Les équipes du Choix funéraire sont disponibles pour répondre à toutes vos questions sur la thanatopraxie.